Pour alléger le fardeau

mars 11, 2024
« Ce n’est pas en jugeant les fautes des autres que nous deviendrons de meilleures personnes, c’est en faisant le ménage dans notre vie. »

Texte de base, p. 48

Nous avons parfois besoin d’un exemple tangible pour nous aider à comprendre les conséquences du ressentiment. Il se peut que nous ne nous rendions pas vraiment compte jusqu’à quel point les ressentiments sont destructeurs. Nous nous disons peut-être : « Et puis après, j’ai bien le droit d’être en colère » ou « je garde peut-être un ou deux sentiments de rancune envers quelqu’un, mais je ne vois pas de mal à ça ». Pour mieux concevoir l’effet des ressentiments sur notre vie, nous pourrions essayer d’imaginer que nous transportons une pierre pour chaque ressentiment. Une petite rancœur, comme se fâcher contre quelqu’un qui conduit mal, pourrait être représentée par un caillou. Faire preuve de mauvaise volonté à l’égard de tout un groupe de personnes pourrait correspondre à un énorme rocher. S’il nous fallait effectivement porter une pierre pour chaque ressentiment, le poids nous épuiserait sûrement. De fait, plus notre fardeau serait encombrant, plus nos efforts, pour nous en décharger devraient être sincères. Le poids de nos ressentiments nuit à notre cheminement spirituel. Si nous désirons vraiment la liberté, nous chercherons à nous débarrasser le plus possible de ce poids superflu. En devenant plus légers, nous remarquerons qu’il nous est de plus en plus facile de pardonner aux autres leurs erreurs et de nous pardonner les nôtres. Nous alimenterons notre esprit de bonnes pensées, de paroles aimables et du service désintéressé à l’égard des autres.

Juste pour aujourd’hui, je chercherai à soulager mon esprit du fardeau de tous ses ressentiments.