Nous avons besoin les uns des autres

février 3, 2024
« N’importe quel dépendant ou dépendante peut se joindre à nous quels que soient son âge, sa race, son orientation sexuelle, ses croyances, sa religion ou absence de religion. »

Texte de base, p. 11

La dépendance nous fermait l’esprit à tout ce qui était nouveau ou différent. Nous pensions que nous n’avions besoin de personne ni de rien. Quelqu’un qui venait d’un quartier différent, dont l’origine ethnique ou raciale était différente, ou qui était d’une classe sociale ou économique différente, ne présentait aucun intérêt pour nous. Tout ce qui était différent était probablement mauvais à nos yeux. En rétablissement, nous ne pouvons pas nous permettre une telle attitude. Nous sommes entrés dans N.A. parce que, dans le meilleur des cas, notre façon, de penser ne nous avait menés à rien. Si nous voulons progresser dans notre rétablissement, nous devons ouvrir notre esprit à toute expérience qui a fait ses preuves, peu importe d’où elle provient. Quelles que soient nos origines, il y a deux choses que nous avons en commun les uns avec les autres dans N.A. que nous ne partageons avec personne d’autre : notre maladie et notre rétablissement. Nous dépendons les uns des autres pour notre expérience commune, et plus elle est diversifiée, mieux c’est. Pour faire face aux nombreux défis d’une vie abstinente, nous avons besoin de chaque parcelle d’expérience, de chaque point de vue particulier sur notre programme. Souvent, le rétablissement n’est pas facile. La force qui nous est nécessaire pour nous rétablir nous vient des autres membres N.A. Aujourd’hui, nous sommes reconnaissants de la diversité des membres de notre groupe, parce que cette diversité nous donne notre force…

Juste pour aujourd’hui, je sais que plus mon groupe est diversifié, plus il sera apte à me soutenir dans les différentes circonstances auxquelles je serai confronté. Aujourd’hui, j’accueille des dépendants de tous les milieux dans mon groupe d’appartenance.