Malades dans la mesure de nos secrets

février 25, 2024
« Il serait malheureux d’avoir écrit tout cela [notre inventaire] pour le ranger ensuite dans un tiroir. Ces défauts grandissent lorsque nous les gardons sous silence et meurent lorsque nous les étalons au grand jour. »

Texte de base, p. 40

Combien de fois avons-nous entendu dire que nous ne sommes malades que dans la mesure de nos secrets ? Bien que plusieurs membres choisissent de ne pas se servir des réunions pour raconter les détails intimes de leur vie, il est important que chacun de nous trouve ce qui marche le mieux pour lui. Qu’en est-il de ces comportements que nous avons conservés dans notre rétablissement et dont nous aurions honte s’ils étaient découverts ? Que sommes-nous prêts à révéler et à qui ? Si nous ne nous sentons pas à l’aise pour partager certains détails de notre vie dans une réunion, vers qui nous tournerons-nous ? Nous avons trouvé la réponse à ces questions dans le parrainage (marrainage). Bien qu’il faille du temps pour bâtir une relation avec un parrain (marraine), il est important pour nous d’en venir à faire suffisamment confiance à cette personne pour être complètement honnête avec elle. Nos déficiences n’ont de pouvoir que si elles demeurent cachées. Si nous désirons en être délivrés, nous devons les dévoiler. Les secrets ne restent secrets qu’en autant qu’ils ne sont pas partagés avec un autre être humain.

Juste pour aujourd’hui, je vais dévoiler mes secrets. Je vais m’entraîner à être honnête avec mon parrain (marraine).