Capituler pour gagner

janvier 13, 2024
« Le dépendant ne peut être secouru […] que lorsqu’il admet être complètement vaincu. »

Texte de base, p. 29

Être complètement vaincu, quel concept ! Cela doit vouloir dire capituler. Capituler : abandonner complètement. Se rendre sans réserve. Lever les mains en l’air et abandonner la lutte. Peut-être lever la main lors de notre première réunion et admettre que nous sommes des dépendants. Comment sait-on qu’on a franchi la Première Étape qui va nous permettre de vivre sans drogue ? Nous le savons parce que, après ce pas-de-géant, nous n’avons plus jamais besoin de consommer… juste pour aujourd’hui. Voilà I Ce n’est pas facile, mais c’est très simple. Nous travaillons la Première Étape. Nous acceptons d’être réellement des dépendants. « Une fois, c’est trop et mille fois jamais suffisant. » Nous nous sommes prouvés cela assez souvent. Nous admettons que nous ne pouvons pas maîtriser la drogue sous n’importe quelle forme. Nous l’admettons ; nous le disons à voix haute, si nécessaire. Nous utilisons la Première Étape en début de journée. Pour une journée. Cet aveu nous libère, juste pour aujourd’hui, du besoin de revivre encore et encore notre dépendance. Nous avons capitulé face à cette maladie. Nous abandonnons. Nous laissons tomber. Mais, en capitulant, nous gagnons. Et c’est là le paradoxe de la Première Étape : nous capitulons pour gagner et, de cette façon, nous gagnons une force bien plus grande que tout ce que nous n’avons jamais pu imaginer.

Juste pour aujourd’hui, j’admets que je suis impuissant devant ma dépendance. Je capitulerai pour gagner.